Cameroun : Les préalables d’une dématérialisation de l’administration publique effective et opérationnelle

La dématérialisation est une offre de service via les plateformes numériques ou mieux encore le réseau internet. Celle-ci a pour particularité de  permettre aux usagers d’acquérir les services de l’État peu importe leurs lieux de résidence, sans besoin d’être dans un édifice public où face à un agent de l’État. Parvenir à cet exploit requiert des préalables sans lesquels toute volonté de dématérialisation est vouée à l’échec.

Ainsi, la mise sur pied d’une infrastructure réseau Étatique sécurisée et confidentielle, la disponibilité en permanence de l’énergie électrique, la mise à disposition d’une connexion haut débit et ouverte à tous, le renforcement des lois à caractères réglementaire (cybert-securite), une technicité permettant l’authentification en ligne des documents, une stratégie globale de l’administration et une collaboration étroite entre l’administration centrale et les municipalités. Sont là, les bases ouvrant la route à une opérationnalité de l’administration.

Thierry Gouong, analyste principal, ingénieur systèmes et Réseaux

Ce processus bien que habité de la pleine volonté des forces administratives suppose que l’on va investir pour le développer. Mais face au contexte Camerounais, cette volonté semble déjà se heurter à plusieurs obstacles non négligeables pour son implémentation. Le leadership qui se dégage entre des administrations de l’État, l’ANTIC; le CENADI et bien d’autres qui à plusieurs égards créés une confusion dans les rôles qui sont les leurs montrent à suffire un besoin urgent d’une structure centrale avec des missions précises. En outre, l’on a la nette impression que les administrations évoluent en vase clos de telle façon que certaines disposent de leur  infrastructure réseau fermée à d’autres. Toute chose qui implique un investissement double et donc le gonflement du budget d’investissement. A ce niveau, il est clair qu’il y a un déficit de visibilité sur les actions des uns et des autres à permettre à l’administration d’aller plus loin avec la dématérialisation. Cela signifie, qu’elle manque d’une plateforme Centrale, un workflow qui permette un enchaînement d’étapes de validation que l’on peut mettre aux fins d’avoir un service numérique entre administration si  leurs infrastructures leurs procédures sont mises ensemble dans une plateforme vraiment virtuelle. Dans l’impossibilité, cela apparaît comme un obstacle dans le sens où chaque administration essaie de faire selon son entendement pour ses besoins.

Côté humain, le Camerounais est prêt à faire ce bon vers le changement car ce processus est tout en son avantage. Mais l’agent public, le fonctionnaire est-il disposé à s’investir pour l’effectivité de la dématérialisation dans son cercle quotidien là est un autre nœud d’étranglement. Une conduite de changement des mentalités s’impose  dès lors pour venir à bout du contact physique qui promeut la corruption et les dépenses publiques (achat papier, encre…) Donc l’on pourrait bien se passer. La culture de la sanction, la valorisation des compétences doivent par ailleurs avoir une place au sein de l’administration afin que la nouvelle vision de l’administration porte ses fruits.

Bien que coûteuse, une administration camerounaise dématérialisée aura pour avantages faciliter la vie aux citoyens en réduisant tant les dépenses liées aux déplacements (agents publics, usagers) que le temps des attentes dans les salles. Les déclarations et authentifications automatiques des documents à distance. Le suivi et le traitement ne seront plus qu’une question d’heures. En termes de célérité de productivité et mieux encore de visibilité de l’action gouvernementale dans ses multiples secteurs l’État en ressort grand gagnant.

Plus de doute, sortir l’administration Camerounaise de ses tas de papiers qui écument les couloirs c’est la propulser vers la compétitivité mondiale.

 

Gervais Fredy MEMANA

A propos Martin Donald NGANE

Journaliste Reporter d'Images et web journaliste. Martin Donald Ngane est un jeune camerounais passionné des métiers de la communication. Après son Master I en Droit Public Fondamental à l'université de Yaoundé 2, il va obtenir une qualification professionnelle en Journalisme Reporter d'Images. Il va par la suite subir une formation en web journalisme au groupe Branding Africa puis Certifié OIM et AFP. Après avoir exercé dans plusieurs médias au Cameroun, il lance le site d'information Kamer Infos + qui publie en continu les informations du Cameroun et du monde. Contact: (+237) 699416777(wathsapp). gmail : maxngane@gmail.com

Check Also

Non respect des sanctions du CNC : Le MINAT vient en renfort

Le Conseil National de Communication (CNC) fait appelle au ministère de l’administration territoriale (MINAT) pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *