Protection des enfants handicapés et inclusion sociale-Cameroun : Les députés juniors portent le plaidoyer au parlement

C’était à l’occasion de la rencontre de partage et d’échanges entre les députés juniors du Mfoundi, les parlementaires et les exécutifs municipaux, organisée par la délégation des affaires sociales pour le centre, avec l’appui financier de l’Unicef et l’ONG internationale Sighsavers le 10 juin 2022 passé à Yaoundé.

« Au ministère des affaires sociales, dans le cadre de la commémoration de la 33e édition de la journée de l’enfant africain le 16 juin 2022, avec le parlement des enfants qui est leur moyen d’expression. Étant entendu que ces enfants sont sélectionnés par leurs pairs dans les établissements scolaires et para-scolaires. Considérant que ces enfants députés juniors ont une session parlementaire qui dure une dizaine de jours. Nous avons trouvé une opportunité de rencontre entre eux et les députés seniors, les magistrats municipaux pour que ces derniers n’aient plus une vue de l’esprit du travail parlementaire et de la décentralisation. Et qu’ils se rapprochent des députés pour savoir exactement ce qu’est un député, comment on fait pour devenir. Ce député étant élu par la population, comment il fait pour rendre compte à la population qui l’a voté ? Qu’est-ce le député fait pour les enfants en particulier pour les enfants handicapés. » a souligné Rachel Sylvie Edimo Mbappe, délégué régional des affaires sociales pour le centre.

Cette rencontre a permis aux députés juniors d’apprendre un peu plus des députés à travers des échanges interactifs, pour amener les parlementaires à porter le plaidoyer de lutte contre les violences faites aux enfants et spécifiquement les enfants handicapés. Question aussi de susciter un engagement des enfants, les familles, les leaders religieux et traditionnels, les maires de même que les parlementaires à mener des actions synergiques garantissant la protection des enfants contre les pratiques sociales, culturelles néfastes affectant les enfants. C’est dans ce sens que la délégation régionale des affaires sociales pour le centre mène une série d’activités en prélude à la journée de l’enfant africain le 16 juin  2022 qui se célébrera sous la thématique : « Élimination des pratiques néfastes affectant les enfants : progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ».

Nonobstant les instruments juridiques dûment ratifiés par les États et le Cameroun, précisément les dispositions pertinentes de la convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, la convention relative aux droits des personnes handicapées et la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant pour l’abolition de ces pratiques néfastes sur les enfants, celles-ci perdurent à cause des croyances culturelles et traditionnelles. De nombreux crimes rituels sont perpétrés sur les enfants. Les enfants albinos sont surtout l’objet de discrimination et de stigmatisation et parfois victimes d’abus à cause des pouvoirs supposés être contenus dans certaines de leurs organes corporels (cheveux, peau, membres). Les circoncisions traditionnelles, les scarifications et mutilations cosmétiques sont souvent pratiquées par des personnes n’ayant aucune formation médicale et sans précaution d’hygiène. Dans certaines communautés, la naissance des jumeaux est parfois liée au monde occulte, des pouvoirs mystiques leur étant prêtées ; ce qui les expose à des violences morales et physiques.

Les députés juniors

Conscients des enjeux liés à cette noble cause, certains députés juniors du Mfoundi prennent des initiatives allant non seulement dans le sens de la protection des enfants handicapés et leur inclusion sociale mais sensibilisent aussi leurs pairs et la communauté pour des actions de lutte contre les pratiques sociales et culturelles néfastes affectant les enfants. C’est le cas d’ailleurs pour le député junior Kwayeb du Mfoundi qui a déjà multiplier des actions dans le sens de protection des enfants handicapés, d’appui multiformes. Mais pour le député junior Françoise, c’est une opportunité de porter le plaidoyer au parlement et de renforcer ses capacités afin de mieux sensibiliser les autres enfants à inclure les enfants handicapés dans la société. C’est d’ailleurs le lieu pour Emmanuel Djawa, représentant du gouverneur de la région du centre d’encourager les administrations sectorielles à prendre plus de mesures pour renforcer l’encadrement des enfants et particulièrement les plus vulnérables, ceux handicapés.

 

Paul Fils Eloundou

A propos Martin NGANE

Journaliste Reporter d'Images et web journaliste. A travaillé pour Afrique-54.com ; la Voix des Décideur ; Humanitarian tv. Actuellement Directeur de Publication du journal en ligne kamer infos plus. Tel. +237 699416777(wathsapp). gmail : maxngane@gmail.com

Check Also

Au Cameroun : Parlementaires et sociétés civiles militent pour un budget inclusif

C’est ce qui ressort de l’atelier tenu le 13 juin 2022 à Yaoundé autour de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *