Santé de la reproduction-Cameroun : Les bons points de l’UNFPA dans la réalisation du PASMNI

Le Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a reçu du Gouvernement Camerounais une enveloppe de 10.156.586.550 FCFA, financement de la Banque Islamique de Développement (BID) dans le cadre de la mise en place du Projet d’Appui à la Santé Maternelle Néonatale et Infantile (PASMNI). Le rapport au terme des activités de terrain débuté en 2018 a été présenté le 21 juin 2022 à Yaoundé au cours de la matinale des partenaires en santé de la reproductionS organisée par l’institution.

La première phase du PASMNI sous financement de la Banque Islamique de Développement (BID) qui arrive à son terme a permis à l’UNFPA de mener des actions considérables sur le terrain dans l’optique d’améliorer la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant au Cameroun. Sans épuiser la totalité des actions menées dans les régions ciblées, nous pouvons souligner quelques déploiement avec pour point d’encrage la région de l’Extrême-Nord qui a le plus grand nombre de Districts de santé concernés. Il ressort, de manière globale, du rapport présenté par l’institution qu’en quatre-ans de mise en œuvre du projet de nombreuses actions ont été menées, c’est le cas de la mise en place du monitoring SONU qui a permis le regroupement en réseau avec une maternité de référence et SONU B, quatre maternités satellites avec un système de référence fonctionnel qui sont des maternités qui permettent d’offrir des fonctions signalétiques qui permettent d’assister la femme en phase d’accouchement. Il a été aussi question de la réparation des fistules obstétricales en routine avec des sites mises en place et du personnel formé, ce qui se faisait avant autour d’une campagne.

Statistiques pratique

L’institution a en outre dans sa stratégie, renforcé le système de référence et de contre référence des exigences obstétricales au sein des réseaux SONU grâce aux motos-ambulance dans les Districts de santé, et surtout grâce à la coopération avec les accoucheuses traditionnelles. D’ailleurs la présentation du rapport souligne : « Une petite anecdote, il nous a été demandé dans le document projet de former 700 accoucheuses traditionnel, quand nous avons commencé dans la région de l’Extrême-nord nous avons identifié près de 2000 accoucheuses traditionnelles dans les Districts de santé qui sont des Districts d’intervention ce qui montre la pratique de ces accoucheuses et qui corrobore avec le fait que 70% des femmes de cette région accouchent à domicile. » L’UNFPA a donc trouvé utile pour une bonne collaboration de transformer ces accoucheuses traditionnelles en partenaires.

Quelques chiffres enregistrés

Sur le plan du renforcement des capacités, l’UNFPA a formé 900 élèves sages-femmes ; 13 équipes pour la réparation des fistules ont été mis en place sur 16 planifiés ; 700 accoucheuses traditionnelles formées ; 2039 mentors formés qui ont été déployés sur le terrain.

Agents de terrain

Sur le plan du renforcement du système de santé, 11 ambulances ; 176 motos-ambulance et 176 téléphones donnés par l’UNFPA qui ont permis d’effectuer près de 5000 références. Nous avons en outre, Plus de 1000 data-manager formés au DHL2 ce qui permet de recenser des donnés claires en santé de reproduction, ce qui n’était pas une réalité il y a quelques années. On note aussi la mise en place de 20 réseaux de maternités SONU.

Au niveau des composants équipements, l’on note 1200 kits d’accouchement et 11.000 kits de césarienne qui ont été utilisés ; 184 kits de fistules et 41 kits produit par l’UNFPA et déjà préparer pour la réparation des fistules.

Moto ambulance

Ces quelques chiffres permettent d’avoir une visibilité de l’important travail abattu par l’institution des Nations Unies au Cameroun en vue de lutter contre la mortalité de la mère et du nouveau-né. Toutefois, au regard de l’immensité de ce chantier, un seul  PASMNI ne suffira pas pour atteindre les Objectifs de Développement Durable 3 et 5 de l’Agenda 2030 des Nations Unies. C’est pourquoi, l’UNFPA, sous l’encadrement de Noemi Dalmonte, Chargée du Bureau UNFPA Cameroun, a formulé quelques propositions pouvant permettre, à défaut d’atteindre, se rapprocher considérablement de ces objectifs.

Les souhaits en faveur d’un deuxième projet

S’il est vrai que beaucoup a été fait, il n’en demeure pas moins vrai que beaucoup reste à faire. Sans avoir la prétention d’avoir fait mention honorable, un renouvellement de ce projet pourrait permettre à l’UNFPA d’atteindre de nouveaux objectifs à l’instar de : Le monitoring SONU, la stratégie baby box, les motos-ambulances pour la référence, la réparation des fistules en routine, continuer l’équipement des maternités pour ne citer que ceci.

Le PASMNI : Un projet du Gouvernement Camerounais financé par la BID

La Banque Islamique de Développement a accordé un financement à hauteur de 15.218.500.000 FCFA dans l’optique de soutenir le Projet d’Appui à la Santé Maternelle Néonatale et Infantile (PASMNI) au Cameroun. Ledit projet sera lancé en 2018 pour une durée de 4 ans et l’implémentation sera confiée à deux agences sœurs des Nations Unies (UNFPA et UNICEF). Dans cette importante enveloppe, la plus grande part a été confiée à l’UNFPA soit 10.156.586.550 FCFA dans l’optique d’améliorer la santé de la mère de l’enfant et du nouveau-né au Cameroun dans la période 2018-2022.

Noémi Dalmonte, chargé du Bureau UNFPA

Cette cérémonie de présentation dudit rapport a été présidée par Noémi Dalmonte, chargé du Bureau UNFPA, en présence du représentant du Ministre Camerounais en charge de la Santé Publique, du représentant de la BID et des responsables des autres organisations.

A propos Martin NGANE

Journaliste Reporter d'Images et web journaliste. A travaillé pour Afrique-54.com ; la Voix des Décideur ; Humanitarian tv. Actuellement Directeur de Publication du journal en ligne kamer infos plus. Tel. +237 699416777(wathsapp). gmail : maxngane@gmail.com

Check Also

Protection des enfants handicapés et inclusion sociale-Cameroun : Les députés juniors portent le plaidoyer au parlement

C’était à l’occasion de la rencontre de partage et d’échanges entre les députés juniors du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *