Cameroun : STANISLAS AYISSI, L’HOMME DES RÉSULTATS ET GRAND BÂTISSEUR D’ELIG-MFOMO

 Portrait d’un homme politique au sens vrai du terme et dont l’engagement politique reste exemplaire pour les générations futures, par-dessus tout dépasse les frontières de la ville d’Elig-Mfomo et le Cameroun.

Stanislas Ayissi est pour Elig-Mfomo ce que Samuel Eto’o est pour le Cameroun. On parle d’Elig-Mfomo aujourd’hui grâce à son dynamisme lumineux. Il a mis la barre haute avec des résultats palpables sur le terrain comme l’exige le terreau politique. Sauf que chaque action exige une énergie raisonnable, pour Stanislas Ayissi reste et demeure la passion. Il affectionne la politique qu’il exerce dès le ventre de sa mère. Il le savait bien, qu’être politicien c’est être au service des hommes. Il a appris donc à la bonne chapelle selon lui, le Rdpc.

 Les Premiers Pas

Il n’était pas promu à un tel avenir, lorsqu’il naquit le 05 juillet 1966 à Lekoukoua dans l’arrondissement d’Elig-Mfomo département de la Lekié. Mais il a façonné son destin. Tout petit, il se faisait utile en organisant des événements de divertissements de ses frères. Stanislas Ayissi était l’homme des bals et championnats de vacances. C’est à travers ce mat d’actions impactant qu’il se fait découvrir. Une source familiale raconte que le jeune Ayissi aimait réunir les gens, il a tout simplement selon lui la main sur le cœur. Ambitieux, il va quitter son cosmos pour les raisons académiques.

C’est donc à Yaoundé que se révélera son leadership. D’abord dans le milieu universitaire, d’ailleurs de bonnes langues racontent qu’il fut les premiers leaders de la jeunesse présidentielle à l’université de Yaoundé Soa. Ce qui va lui valoir son ticket pour le rassemblement démocratique du peuple camerounais. Non pas par opportunisme comme le fait certains militants mercenaires de nos jours. Mais pour avoir été témoin des changements au sein du pays et de la Genèse de ce mouvement politique. L’homme va militer aux côtés des aînés camarades du parti pour mieux apprendre. Beaucoup le savent, Stanislas Ayissi a été le porteur de sac de plusieurs personnalités politiques dans la Lekié et en dehors. Il apprit à la bonne école, tout restant studieux sur les bancs. Dans ce sens, il va garnir son CV de diplômes en management et tout récemment en administration des collectivités territoriales décentralisées.

  Décollage

Étant suffisamment mature et connaissant l’environnement local, ses problèmes et surtout ses aspirations. Stanislas Ayissi va prendre le contrôle de la mairie d’Elig-Mfomo en 2013. Ce fut le début d’une belle histoire de la commune créée en 1993 et restée embryonnaire à cause de l’inertie de certains dirigeants passés. Il va saisir le taureau par les cornes, en positionnant sa localité sur la voie du développement. Entretien de la voirie urbaine, construction des ponts, adduction d’eau, électricité, construction du stade municipal et pour couronner la construction de l’hôtel de ville.

En politique, il va faire l’unanimité en prenant la tête de la section Rdpc Lekié Centre de manière époustouflante en 2015 des mains de son adversaire politique Koa Luc. Mettant fin à une longue domination unitaire de ce baron politique. C’était donc le début d’une nouvelle ère. Celle impulsée par Stanislas Ayissi, droit dans ses bottes et bénéficiant du soutien de la base pour construire le jeune arrondissement. Mettant au cœur de son magistère la modernisation et comme credo l’épanouissement des populations. C’est en ce sens qu’il est resté proche de celle-ci pour mieux adresser les réponses aux problèmes que celles-ci font face. Même s’il fallait sacrifier ses propres affaires. Au moment où il goûtait à peine à la prospérité dans ce domaine florissant. Pour beaucoup de proches, Stanislas Ayissi a sacrifié sa vie pour se mettre au service de sa localité, du pays et du parti.

 Consécration

Au moment où beaucoup s’agitait, le maire président de section comme l’appelait ses militants et camarades politiques va rempiler pour un second mandat en 2020. Une victoire qu’il doit à son dévouement au travail et des résultats qui en découlent. Pour ceux qui ne savent pas, il est l’un des premiers politiciens qui ont cru à Elig-Mfomo avec un certain nombre de réalisations avant d’être maire comme Stania Hôtel. Un établissement qui accueille plusieurs événements dans cette ville en pleine expansion. Il va prendre un nouveau départ avec cette élection, celui qu’il va baptiser  « booster le développement  ». C’est en ce sens qu’il a mis sur pied des projets devant générer des resources propres à la mairie. Notamment la location des chaises et tentes pour les événements. Il a construit un entrepôt, acheté du matériel et un camion pour transporter ces choses. Des actes concrets et visibles qui font de lui l’unique bâtisseur d’Elig-Mfomo père de cette localité moderne. Puisque tout récemment pour être complet après la construction du stade municipal à Elig-Mfomo avec une tribune officielle digne de ce nom et aux dimensions réglementaires, il a affilié un club au nom de Mfomo Fc à la Fecafoot. Quel visionnaire!

 La Trajectoire

Beaucoup se pose des questions sur l’avenir politique du maire, mais ne se pose pas des questions sur qui est capable de le remplacer valablement. Une vraie problématique quand on sait son influence et son bilan à la tête de cet arrondissement. Pour le moment, on ne trouve personne. Par conséquent, le maire sans débat reste favori à sa propre élection. Sauf aussi que beaucoup se trompent également en annonçant sa fin pour avoir perdu la section à cause des Irrégularités. Mais bon, c’est la politique. Le débat n’est pas encore officiel, son mandat est en cours pour trois ou quatre ans? Seul le chef de l’État camerounais a la réponse. En attendant, il prépare d’ici la fin d’année une série d’inaugurations. Le plus proche est l’inauguration de l’hôtel de ville d’Elig-Mfomo par le Mindevel. On a beau parlé, mener des contre-campagnes quand il tient ses activités pour démobiliser les populations, Stanislas Ayissi reste populaire en multipliant des performances. Enfin de course,  Elig-Mfomo saura sa valeur quand il ne sera plus là. Pourtant c’est le Baobab planté au centre de la Lekié. Son tout récent mariage religieux venait de le confirmer. Il a mobilisé toute la Lekié et déménagé le Mbam sa belle-famille.

 

  Paul Fils Eloundou l’encre prolifique de konabeng, l’indomptable de la plume

A propos Martin Donald NGANE

Journaliste Reporter d'Images et web journaliste. Martin Donald Ngane est un jeune camerounais passionné des métiers de la communication. Après son Master I en Droit Public Fondamental à l'université de Yaoundé 2, il va obtenir une qualification professionnelle en Journalisme Reporter d'Images. Il va par la suite subir une formation en web journalisme au groupe Branding Africa puis Certifié OIM et AFP. Après avoir exercé dans plusieurs médias au Cameroun, il lance le site d'information Kamer Infos + qui publie en continu les informations du Cameroun et du monde. Contact: (+237) 699416777(wathsapp). gmail : maxngane@gmail.com

Check Also

Enseignement Supérieur : Le CEFRADIMA a un nouveau Directeur de Communication

Le Journaliste Serge BI MVONDO est le nouveau Patron de la Communication de la prestigieuse …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *