9.1 C
New York
jeudi, décembre 8, 2022

Buy now

spot_img

Journée Internationale des droits de l’enfant : Les journalistes à l’école des droits de l’enfant

A l’occasion de la 33ème édition de cette célébration, le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) a organisé un déjeuner de presse visant à former et informer les journalistes sur les différents protocoles protégeant les droits des enfants.

La convention des droits de l’enfant est un traité international adopté par l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies le 20 novembre 1989 dans le but ultime de reconnaitre et de protéger les droits spécifiques de l’enfant.

De manière générale, plusieurs pays ont signé ce traité, l’on parle de 193 pays et comprend 54 articles dans lesquels sont définis les droits de l’enfant. La convention met en évidence quatre principes fondamentaux :la non-discrimination (art2), l’intérêt supérieur de l’enfant (art3), le droit de vivre, de survivre et de se développer (art6), le droit de l’enfant d’être entendu (art12) .

Les droits de l’enfant visent la protection spécifique de l’enfant en tant que sujet de droit à part entière. Ils s’appliquent à toute personne de moins de 18 ans. Les enfants ont ainsi les mêmes droits que les adultes, auxquels s’ajoutent des droits spécifiques adaptés à leurs besoins.

Célébrée cette année sous le thème « pour un Monde égalitaire et inclusif ».  Cette édition s’avère très particulière en ceci que les enfants font face à de nombreux facteurs sociaux parmi lesquels leur utilisation des enfants dans les conflits armés, l’enlèvement, la pornographie mettant en scène l’enfant, la prostitution d’enfant.

Cette mini session de formation présidée par le MINPROFF, Marie Thérèse Abena Ondoa a fait intervenir des acteurs principaux de la protection des droits des enfants du système des Nations Unies tels que Plan Cameroun, UNICEF, le Ministère des postes et Télécommunication, le Ministère des Affaires Sociales et les Organisations de la société civile.

Plusieurs médias ont répondu favorablement à cet appel très important en ceci que la presse camerounaise constitue un puissant levier de relais d’informations et de constitution de l’opinion publique.

Concrètement, des thèmes ont été abordés à savoir :’’ la présentation du Protocole Facultatif qui a été la première leçon inaugurale, ‘la prévention des violences visées par les deux protocoles ratifiés présenté par le MINPROFF,’’la problématique de la protection de l’enfant en ligne’’ (Ministère des postes et Télécommunication (MINPOSTEL), la resocialisation de l’enfant impliqué/impacté par les conflits armés’’(Ministère des Affaires Sociales MINAS)et le dernier thème ‘’ Rôle des OSC dans la mise en œuvre des protocoles Facultatifs (CAM-RIM).

Que retenir de l’implémentation des droits de l’enfant au Cameroun ?

«en dépit de tous les efforts mis sur pied, l’on enregistre encore des régions où il existe des formes  des discriminations et de violence beaucoup plus  chez la jeune fille qui subit des violences sexiste, des exclusions sociales, plusieurs d’entre elles sont exposées aux risques de mariages forcés, de viol et d’agression physique.» Décrit le représentant National de Plan Cameroun.

Print Friendly, PDF & Email

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,601FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Print Friendly, PDF & Email