10.6 C
New York
jeudi, décembre 8, 2022

Buy now

spot_img

Ciment-Cameroun : L’improbable matérialisation de la baisse des prix sur le terrain

La nouvelle de la baisse du prix du sac de 50kg de ciment rendue publique le 1er septembre 2022 par Luc Magloire Mbarga Atangana, Ministre du Commerce a retenti comme une manne tombée du ciel. Toutefois, les garanties données par la société Mira S.A qui se félicite d’avoir accru sa production sont-elles assez solides pour faire face à la pénurie en cours dans le pays ?

Dans un communiqué publié le 1er septembre dernier, le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a annoncé la baisse du prix du ciment. Une décision motivée par l’accroissement des capacités de production la société Mira S.A, l’une des six sociétés actives sur le marché camerounais. Les nouveaux prix varient d’une ville à une autre. L’annonce du Mincommerce véhiculé avec assurance a mis du boum au cœur de nombreux camerounais dont les chantiers étaient en arrêt faute de ciment. «  Le ministre du Commerce, Monsieur Luc Magloire Mbarga Atangana, a l’honneur d’informer le grand public que la société Mira S.A, l’une des six sociétés de production du ciment actuellement en activité sur le marché camerounais, vient de procéder, depuis le mois de juin 2022, à un relèvement substantiel de ses capacités installées, qui passent de 500.000 tonnes à 1.500.000 tonnes de production de ciment par an. Cet accroissement des capacités de production s’accompagne, concomitamment, d’une baisse, d’une ampleur comparable des prix au consommateur », peut-on lire aisément dans le communiqué sus-évoqué.

L’on note ainsi une baisse des prix qui oscille entre 300 Fcfa et 500 Fcfa en fonction du type de ce ciment Mira. Le ciment de type 42.5R coutera désormais 4800 Fcfa le sac au lieu de 5100 dans la ville de Douala et 5100 Fcfa le sac au lieu de 5400 Fcfa dans la ville de Yaoundé. Pour le ciment de type 32.5R, le prix du sac passe de 4600 à 4100 Fcfa dans la capitale économique et de 4900 à 4400 le sac dans la ville aux sept collines.

Une bonne nouvelle sur laquelle semble planer des doutes

« C’est une bonne nouvelle mais je me demande si l’entreprise Mira S.A sera vraiment à la hauteur de répondre à la demande si oui pour combien de temps ? » S’interroge Onambélé habitant de la ville d’Obala dans la région du Centre Cameroun.

En effet, la flambée des prix du sac de ciment au Cameroun est l’une des conséquences de la crise ukrainienne. Depuis le 22 mars 2022, le prix du sac de ciment a augmenté de plus de 10% par sac de 50 kg. De manière claire, le prix du sac de ciment de 50 kg se situait ‘jusqu’ici, entre 6 000 et 6 600 FCFA. En mars 2022, l’Institut national des statistiques du Cameroun, a déclaré que le pays connaissait une hausse de 7,6 % des matières premières, mais que les prix de certains biens avaient plus augmenté.

Selon les trackers du secteur, les prix ont recommencé à se raffermir en mars alors que le secteur entre dans une période saisonnièrement forte pour les activités de construction. En outre, le rythme d’attribution des projets routiers par le gouvernement s’est accéléré.

Les analystes estiment que la consommation de ciment sera meilleure au cours du trimestre de mai, par rapport au trimestre précédent. Compte tenu de la probabilité d’une demande plus élevée, le plein bénéfice de la hausse des prix du ciment devrait se refléter dans la performance financière des sociétés cimentières à partir du trimestre de juin 2022.

Les consommateurs directs disent que cela retarde le projet. « J’avais budgétisé juste assez pour terminer ma maison qui stagne depuis des années maintenant, avec l’augmentation des prix, il me sera difficile de terminer la construction. En plus de la rareté des zincs et de l’aluminium. », raconte  un citoyen en chantier.

Une situation dont l’amélioration reste incertaine malgré quelques efforts

Avec la crise ukrainienne dont l’issue reste problématique, les matières premières et certains produits utiles pour la production du ciment se font de plus en plus rare. Pourtant la sollicitation reste très élevée tant pour la construction des maisons privées que pour la réalisation de grands chantier infrastructurels du pays. « Je ne sais pas si nous allons encore construire, le ciment est devenu trop cher. Si vous devez construire une maison, n’envisagez pas faire la dalle c’est devenu très couteux. » Déclare Romaric habitant du quartier Nyom à Yaoundé.

Le renversement de tendance rassuré par l’entreprise Mira S.A mérite d’être entouré par des garanties solides surtout en termes de disponibilité des matières première en quantité suffisante pour un long spectre d’action.

 

Print Friendly, PDF & Email

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,601FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Print Friendly, PDF & Email