-0.7 C
New York
mercredi, février 1, 2023
spot_img

Afrique du Sud-ANC : Ils font honte à Mandela

L’actuel président sud-africain Cyrille Ramaphosa, fait l’objet d’une procédure de destitution par le parlement pour soupçon de corruption. Un autre scandale qui vient s’inscrire sur la listes des déboires des présidents issus de l’african National Congress (ANC) après Mandela.

Il n’est pas exagéré que de dire que les successeurs de Nelson Mandela à la Présidence de la République sud-africaine et de l’ANC sont bons militants mais pas bons présidents car les flasques de leur mauvaise gouvernance se ramassent partout comme des feuilles mortes.

Corruption, viols et trafic d’influence sont les maitres mots qui entachent leur passage au sommet de l’Etat et du parti ANC.

Bons parleurs, bons militants mais pas très bons présidents

Le cas le plus récent de ces légèretés est celui de Cyrille Ramaphosa. Le Président sud-africain en exercice est sous la menace d’une procédure de destitution par le parlement malgré l’opposition de la majorité des députés de l’ANC. Procédure pour laquelle il a intenté une opposition judiciaire alors que le parlement s’apprête à siéger la semaine prochaine.

Cyrille Ramaphosa n’a aucune intention « de démissionner ou de s’écarter » avait déclaré son porte-parole Vincent Magwenya à nos confrères de l’AFP.

Il est accusé d’avoir passé sous silence le cambriolage dont il a été victime dans sa ferme de Phala Phala en 2020, durant lequel au moins 580 000 dollars en espèce à l’origine suspecte, avaient été dérobés chez lui. Une somme d’argent dont l’origine reste inconnue et pourrait être rangée dans le tiroir des acquis de la corruption. Pourtant, la lutte contre la corruption est le cheval de bataille de l’homme d’Etat.

Un scandale qui vient s’ajouter au livre d’or des présidents noirs sud-africain qui après Mandela se sont inscrits dans l’ordre de la médiocrité

Entre batailles politiques et scandales au sein du même parti politique(ANC), Tabou Mbeki et Jacob Zuma ont eux aussi fait honte à la mémoire de Nelson Rolihlahla Mandela.

Jacob Zuma

Le combat de ces alliés causés par une longue saga judiciaire débuté en 2005 va causer la destitution du vice-président Jacob Zuma par le président Thabo Mbeki à cette époque.

Après renversement de la situation, Zuma à son tour au pouvoir suite à la destitution prématurée de Thabo Mbeki, fut accusé respectivement de viol et de corruption avant d’être blanchi par la suite.

Il est à constater pour le regretter malheureusement que le pouvoir acquis de longues luttes par son leader Mandela, n’est pas en train de donner aujourd’hui aux sud-africains ce qu’ils avaient toujours revendiqué. En tout cas le Congrès prochain de l’ANC nous en dira.

Print Friendly, PDF & Email

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,689FollowersFollow
20,500SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Print Friendly, PDF & Email