test
32.8 C
New York
lundi, juin 24, 2024
spot_img

Gestion durable des forêts communales : La FAO et le gouvernement renforcent les capacités des communes camerounaises

Il s’agit de dix-sept (17) forêts communales reparties dans quatre régions (Est, Centre, Sud et Littoral) qui ont été enrôlées dans le cadre du projet GCP/CMR/033/GFF « Gestion durable des forêts sous l’autorité des communes camerounaises ». Coordonné par l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en collaboration avec le gouvernement camerounais (MINEPDED, MINFOF) et de l’association ACFCAM/CTFC, ce projet a été financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).

L’atelier de 2 jours ouvert le 28 décembre 2022 à Ebolowa dans la région du Sud, marque la clôture des activités de la première phase du projet. Concrètement, il a été question d’effectuer un transfert du suivi technique des activités des forêts communales aux maires des communes bénéficiaires ; il a été aussi question de présenter au gouvernement Camerounais, représenter par le Directeur des Forêts MINFOF, Anicet Gomin, les différents apports de ce projet. Et enfin, formuler des réflexions sur la stratégie de sortie et l’éventualité d’une deuxième phase du projet qui s’achève.

 

La présence massive des exécutifs communaux n’a pas échappé à l’appréciation de Jérémie Mbairamadji, Forestier Afrique Centrale, FAO qui a exprimé sa satisfaction : « C’était un plaisir de discuter avec les maires et un avantage d’avoir environ 21 maires présents à cet atelier. Nous savons ces maires très occupés mais leur présence témoigne de l’intérêt qu’il porte pour ce projet. »

Un projet tourné vers la protection et la valorisation des forêts communales

Le projet GCP/CMR/033/GFF « Gestion durable des forêts sous l’autorité des communes camerounaises » a pour objectif de réduire la déforestation et la dégradation de la forêt dans les forêts communales afin d’améliorer la conservation de la biodiversité ; réduire les émissions et augmenter les stocks de carbone d’une part, améliorer les conditions de subsistance des communautés locales en encourageant les activités génératrices de revenus durables d’autre part.

 

Ces objectifs précieux aux yeux du gouvernement camerounais ont bien été réitérés par le Directeur des Forêts MINFOF, Anicet Gomin dans son discours d’ouverture de ces travaux :

« A titre de rappel, le gouvernement camerounais s’est engagé, à travers le Ministère des Forêts et de la Faune, à mettre en place cet important projet pour relever les nombreux défis en matière de suivi de la mise en œuvre des plans d’aménagement et de gestion des stocks carbone dans les forêts communales du Cameroun. »

C’est donc à cet effet que le gouvernement camerounais a signé avec la FAO en 2006, un protocole d’accord pour la mise en œuvre du projet GCP/CMR/033/GFF « Gestion durable des forêts sous l’autorité des communes camerounaises ».

 La déforestation une préoccupation majeure au Cameroun

Ce projet vient ressusciter un secteur en pleine agonie. En effet, les forêts camerounaises sont en proie à de pratiques de destruction massive diverses. Au premier rang de ces pratiques, l’exploitation abusive des agrumes forestiers par des sociétés d’exploitation forestière qui ont au fil des années exporter d’énormes quantités des essences forestières. Il faut aussi souligner la coupe sauvage par de petites entreprises. L’autre problème est lié à la pratique des feux de brousse.

En effet, pour réduire la montée des chaumes en saison sèche et certaines pratiques des chasses groupées, certaines communautés allument de grands feux de brousse qui ont un impact considérable sur les écosystèmes de ces localités.

 Deux jours de travaux pour évaluer et clôturer le projet

La journée du 28 décembre 2022 a été marquée par deux grandes sessions d’activités ; d’abord l’ouverture officielle de l’atelier qui débute à 8 heures avec l’arrivée et l’enregistrement des participant et la session deux basée sur les réalisations et évaluation du projet. Cette dernière activité de la première journée a fait intervenir les représentants du gouvernement, Forestier Afrique Centrale, FAO ; les expert aménagement forestier équipe du projet ; expert biodiversité équipe du projet ; expert carbone équipe projet et la cellule reboisement MINFOF, pour ne citer que ceux-ci.

La journée du 29 décembre quant à elle a été consacrée aux propositions pouvant motiver le lancement d’une deuxième phase de ce projet et à la clôture de l’atelier par la lecture du communiqué final. Le maire de la Commune de Mindourou et Président des communes forestières du Cameroun, Zengle Ntouh Richard, Marie formule le voeu aux sorties de ces travaux :  » Mon souhait est qu’aujourd’hui au moment où nous évaluons tout ce que nous avons pu faire et que nous sommes entrain de clôturer cette prémière phase, que s’il y a une deuxième phase, que nos partenaires de la FAO, du ministère des forêts et du MINEPDED tiennent compte de la situation des communes forestières comme principales bénéficiaires de tout ce qui peut se faire en matière de gestion durable des forêts. »

Print Friendly, PDF & Email

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,913FollowersFollow
21,800SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Print Friendly, PDF & Email

Please disable your adblocker or whitelist this site!