18.6 C
New York
dimanche, mai 26, 2024
spot_img

« Que les sénateurs mettent les bouchées doubles pour que les compétences qui ont été transférées aux CTD soient totalement effectives. »

Tel est le vœu fort, formulé par le Conseiller Régional Marcel M’boh le 04 mars dernier à Ntui à l’occasion de la double cérémonie de lancement départemental et régional de la campagne sénatoriale dans le département du Mbam-et-Kim.

Abordé par votre journal en ligne Kamer Infos + au sortie de cette double cérémonie, le grand électeur et Conseiller Régional Marcel M’boh va rappeler l’urgence pour les sénateurs qui seront bientôt élus pour, certain et réélu pour d’autres, d’exciter l’accélération du processus de décentralisation en suscitant des pouvoirs publics, le transfert rapide et certain d’un maximum de compétences dévolues au Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD).

En effet, le problème se pose avec acquitté au sein de l’opinion publique Camerounaise et constitue une boude à l’endroit de ces élus. D’aucuns pensent que la fonction de sénateur au Cameroun est sans importance parce que leurs actions n’est pas visible de manière palpable sur le terrain. Comparaison est le plus souvent faite avec les Députés considérés comme plus dynamiques. Le sénateur du Mbam-et-Kim Nicole Okala Bilai, n’est pas épargnée de ces critiques.

Il se pose dès lors une question qui revient toujours à savoir : Quelle sont les compétences d’un sénateur ?

Les textes en la matière sont laconiques. « Le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées (les communes et les régions). Le Sénat se doit pour mission d’adopter les lois, d’apporter des amendements ou de rejeter des textes soumis à son examen. » Pris sous cet angle, le paysan de Yassem dans l’arrondissement de Ngoro ne devrait rien attendre d’un sénateur. Or il est, sans doute, vrai que si le Maire reçoit des dotations et les transferts des ressources pour la réalisation de certains projets dans les villages, c’est parce qu’une action a été menée au sommet par le sénateur.

Marcel M’boh qui s’apprête à passer à l’urne le 12 mars prochain, en est bien conscient de cette réalité et en appelle à plus d’action afin que le gouvernement fasse de la décentralisation une réalité totale et non partielle pour le bien-être des populations camerounaises en générales et celles du Mbam-et-Kim en Particulier. C’est donc un électeur conscient des enjeux qui s’apprête à aller aux urnes le 12 mars prochain pour voter pour une bonne marche des CTD en accordant sa voix au candidat de choix.

Print Friendly, PDF & Email

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
3,913FollowersFollow
21,800SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles

Print Friendly, PDF & Email

Please disable your adblocker or whitelist this site!