Recrutement des instituteurs contractuels MINEDUB 2021 : Laurent Serge Etoundi Ngoa lobe l’arrondissement d’Akwaya

Dans une pétition adressée au Premier Ministre Chef du Gouvernement, Chief Dr. Joseph Dion Ngute ce 3 août 2021, l’Honorable Aka, député RDPC de la circonscription électorale de la Manyu exige le respect par le Ministre de l’éducation de Base Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, des quotas accordés à l’arrondissement d’Akwaya au cours du recrutement de 3000 enseignants contractuels de l’éducation de base pour le compte de l’année 2021.

 Dans un entretien accordé à la presse, l’élu du Peuple fait savoir que 21 places avaient été accordées aux ressortissants de l’arrondissement de Akwaya dans un communiqué du Ministre de l’Education de Base avec pour effet de répondre au problème criard d’enseignants qui se pose avec acuité  dans cette partie du pays. Or il est fort regrettable de constater que sur les 21 places accordées, seulement 4 avaient été octroyées parmi lesquelles 2 allogène. L’élu du peuple n’a pas manqué de souligner : « On doit d’abord nous donné les 17 places restantes pour le recrutement qui vient de se terminer avant d’attendre pour celui en cours ». Une situation qui attire sur le parlementaire les foudres des populations locales remontées contre ce dont elles considèrent d’injustice. Il est à souligner qu’au cours de la conférence de presse de lancement de cette 2e phase de recrutement des enseignants contractuels au primaire et à la maternelle, le Pr. Laurent Serge Etoundi Ngoa, dans son propos liminaire, soulignait bien qu’après les opérations de contractualisation de 2005, 2007, 2011, 2015, 2018 et 2019, le déficit  en enseignant reste criard dans nos écoles, soit à cause de la mauvaise répartition des effectif, soit à la surcharge des Inspections d’Arrondissement de l’Education de Base(IAEB) qui connaîtront un dégraissage drastique. Une situation qui n’a pas connue jusqu’ici grande amélioration du moins pas pour l’arrondissement d’Akwaya.

grève des enseignants non recrutés au Cameroun

Akwaya : Zone enclavée et sous-scolarisée

La sous-scolarisation de l’arrondissement d’Akwaya est due à son extrême enclavement. L’accès dans cette partie du Cameroun est un véritable parcours de combattant à cause du manque de route ou de la mauvaise qualité de celles existantes. Ce qui n’est pas favorable pour les enseignants venues des autres régions. Le parlementaire le souligne fort bien lorsqu’il déclare : « Moi député, je dépense près de 200 mille de Yaoundé pour arriver à Akwaya que peut faire un instituteur si ce n’est qu’aller prendre service pour ne plus repartir. » Or le besoin en enseignant dans cette unité administrative est très urgent. On compte ici 85 écoles primaires et 10 écoles maternelles pour 150 enseignants soit un ratio de 1 enseignant par école. L’Honorable Martin Aka souligne que ce déficit ne serait pas d’actualité si les propre fils d’Akwaya avaient été recrutés par l’Etat. Il martèle en soulignant qu’un recrutement spécial avait été accordé à cette circonscription administrative dans les années 1980. Le Gouvernement de l’époque, conscient de la situation d’extrême enclavement de cette localité avait ordonné un recrutement spécial des enseignants fils du terroir pour résoudre le problème du déficit d’enseignants dans cette zone. Ce qui est encore possible aujourd’hui si une volonté sincère s’y mêle.

L’Honorable Martin Aka : Un député qui lutte pour l’unité nationale du Cameroun pourtant pas écouté

                                   Hon. Martin Aka

La plus grosse menace qui pèse sur cette partie du pays pourrait être comprise dans la phrase «  Ce dont on ne peut avoir chez nous, on va le cherché ailleurs. » Et justement le Nigéria à seulement quelque Kilomètre se positionne comme une opportunité. Il est à souligner que la quasi-totalité des provisions des populations de cette localité viennent de ce pays voisin. La monnaie en circulation est le Naira. Chose déjà de trop pour laisser encore ce pays voisin et ami du Cameroun s’occuper de l’éducation des fils et filles de cette zone. En tant qu’élu du peuple pour l’Etat du Cameroun, le député RDPC rassure sans cesse les populations sur les promesses du gouvernement Camerounais qui les porte à cœur tout comme les autres compatriotes. De nombreuses questions se posent au regard des promesses non réalisées. Sachant la sensibilité stratégique qui caractérise cette zone, ne pas éduquer les enfants serait sans doute une manière d’attiser les braises déjà ardentes. Une alerte que Martin Aka tente de sonner une fois de plus pour éviter le pire dans cette partie du pays.

 

A propos Martin NGANE

Journaliste Reporter d'Images et web journaliste. A travaillé pour Afrique-54.com ; la Voix des Décideur ; Humanitarian tv. Actuellement Directeur de Publication du journal en ligne kamer infos plus. Tel. +237 699416777(wathsapp). gmail : maxngane@gmail.com

Check Also

Denis Emilien Atangana : « Si les jeunes s’inscrivent massivement sur les listes électorales, s’ils s’engagent beaucoup en politique, leurs problèmes seront davantage réglés.»

Tels sont les propos tenus par Denis Emilien Atangana, Président National du Front des Démocrates …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *